Un peu d'histoire sur le vin italien

Un peu d'histoire sur le vin italien

  Les terroirs de la botte    0

 (0)

En parlant de l'Italie et de ses vins, cela signifie , tout d'abord, entreprendre un long voyage riche en histoire, en culture, dans les traditions anciennes et parmi une immensité de types de vin que vous ne trouverez pas dans tout autre pays dans le monde.

La nature a été particulièrement généreuse et a choisi l'Italie comme un pays de vin car il y a plus de 300 espèces différentes de raisins.

Des Alpes à la Sicile, il est impossible de ne pas voir, pratiquement partout, la présence de vignes. Chaque région possède des cépages autochtones, souvent oubliés ou sous-estimés.

Cela rappelle inévitablement le nom par lequel les anciens Grecs , envahissant le sud de l’Italie (VIIIème siècle avt JC), appelaient leurs colonies : Oenotria, « la terre du vin ». 

On croit que la vigne a été introduite en Italie par les Étrusques (VIII ème au Ier siècle avt JC), ces personnages légendaires qui se sont installés en Italie centrale. Ils furent des praticiens subtils dans l’art de produire du vin.

Mais certains éléments de preuve historique suggéreraient que la vigne en Italie était déjà présente avant ce peuple. Ce qui est certain, c’est que ce sont les Étrusques qui ont établi les premières formes de culture et de production de vin en Italie. 

Ensuite, Les Romains ont propagé le culte de Bacchus jusqu’aux coins les plus reculés de l’Empire, développant ainsi un commerce du vin florissant dans tous les territoires méditerranéens et bien au-delà. Leur savoir viticole et œnologique était si avancé que leurs techniques n’ont pas été égalées avant les XVIIe et XVIIIe siècles, lorsque les italiens – et les français – ont commencé à considérer la fabrication du vin comme une science plutôt que comme un phénomène mystique.

À partir du XIXe siècle, la production du vin d'Italie progresse rapidement. Les méthodes de vinification et de garde sont améliorées et l’utilisation de bouchons pour fermer hermétiquement les bouteilles et les flasques permet de transporter convenablement le vin dans le monde entier. Des noms tels que Chianti, Barolo et Marsala acquièrent alors une certaine notoriété en Europe et bien au-delà. Il y a un siècle, plusieurs vins italiens étaient déjà reconnus parmi les plus grands de leur type : principalement les rouges piémontais et toscans, issus des cépages nebbiolo et sangiovese

Certains vins blancs, tranquilles ou mousseux, secs ou doux, avaient également acquis une reconnaissance internationale. Après la crise du phylloxéra qui ravage le vignoble italien (comme le français), à partir du milieu du XIXe siècle, les viticulteurs complètent leurs cépages locaux par des cépages étrangers, notamment par ceux venus de France.

Ceci étant, en dehors de quelques tentatives historiques mises en œuvre dans différentes régions de l'Italie pour mettre en place des normes de qualité, la production de vin s'est pratiquement développée au cours des siècles sans contraintes spécifiques privilégiant la quantité plutôt que la qualité. Elle devint l’un des principaux fournisseurs mondiaux en vins bon marché, portant préjudice à l’image de marque de ses crus. 

Depuis, le vin italien a connu, une révolution, favorisée principalement par le changement important de la consommation de vin et la concurrence croissante d'autres pays, toutes deux basées sur davantage de qualité.

Lorsque les lois sur l’appellation d’origine (« denominazione di origine ») ont été votées, dans les années 1960, un nouveau climat de confiance s’est instauré, fournissant ainsi la base à ce qui est devenu la « renaissance moderne » du vin italien. Depuis Vernaccia di San Gimignano, première AOC italienne (denominazione di origine controllata, DOC) en 1966, la liste s’est allongée pour compter 356 DOC et DOCG (denominazione di origine controllata e garantita).   

Partager :

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci d'avoir commenté!

Laissez un commentaire

Captcha